Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[roman] le Sceptre de Salomon : aventures en Terre Sainte

3 Mars 2013 , Rédigé par Vance Publié dans #la Voie des livres, #Roman, #Historique, #Esotérisme

le-Sceptre-de-Salomon-00.jpg

 

Mauvaise pioche pour ce best-seller d'outre-Rhin reçu dans le cadre de Masse Critique.

L'hérésie est un fléau qui se répand plus facilement que la peste.

Pourtant, le contexte est intéressant, de ceux qui stimulent immédiatement mon imaginaire : les Croisades, le choc des cultures et des légendes, un objet antique et puissant, de solides références historiques…

Les descriptions fonctionnent bien et on sent que l'auteur s'est suffisamment renseigné pour fournir des détails crédibles, rendant les décors fascinants. Il joue constamment de la narration parallèle, passant d'une des factions à l'autre et développant certains personnages (par leurs souvenirs - toujours douloureux - ou leurs cauchemars récurrents, on en apprend un peu davantage sur leurs motivations) ; bien entendu, l’accent est porté sur les Chrétiens, et notamment ce Raoul de Bazérat, fils puîné de Croisé lorrain, coureur de jupons invétéré, qui se décide enfin à s’assagir lorsqu’il apprend qu’une maladie des poumons lui laisse peu de temps à vivre. Il phagocyte le premier quart de l’ouvrage, au point qu’on en fait automatiquement un héros dont il possède, il est vrai, de nombreux attributs (la ténacité et la fougue, une certaine témérité, un esprit aiguisé). Les autres, de faire valoir ou simples adversaires, deviennent progressivement des personnages à part entière, l’auteur levant de temps en temps une part du mystère qui les entoure tous (la motivation du scribe italien polyglotte et roublard, les origines de la princesse égyptienne, le passé et les exactions du chef des Mamelouks, les passe-temps du vizir…). Une certaine forme de caricature s’explique par l’aspect finalement classique de cette quête épique, ses passages obligés, ses codes. L’écrivain parvient en outre à éviter de trop verser dans le manichéisme : sans excuser l’acharnement des uns ou la cruauté des autres, on finit par comprendre pourquoi ils en sont arrivés là.

La mort qui approche peut faire n'importe quoi d'un homme.

Lorsque l'action commence, c'est plus délicat, les images s'embrouillent et l'écriture devient confuse : ce n'est pas tant un problème de rythme que d'intelligibilité des séquences. Quant aux péripéties, nombreuses, elles semblent souvent artificielles, ne servant qu'à rallonger la sauce pour faire retomber l'espoir des uns et pousser les autres en avant, bénéficiant d'un répit éphémère ou d'une victoire illusoire. C'est plutôt construit sur le mode du feuilleton, mais on finit par s'attacher à certains, même si leurs motivations nous échappent souvent et leurs réactions frisent l'irrationnel.
Il faut aussi souligner la très mauvaise édition : les 100 premières pages sont correctes, ensuite le nombre de coquilles devient effarant : mots oubliés, orthographe changeante - parfois dans le même paragraphe !, accords hasardeux). Bien dommage car j’appréciais l’aspect tactile du produit, une couverture discrète et élégante, un papier de qualité.

Dommage aussi pour l'aventure, trop stéréotypée, reste le côté dépaysant et l'exotisme des situations. Cela ferait un bon téléfilm.

L'éclat de sa beauté resplendissante caressa son âme de ses rayons ardents.

 

Ma note (sur 5) :

2,5

 


 

 le-Sceptre-de-Salomon-01.jpg

Titre original

Der Gesandte des Papstes

Auteur

Christoph Lode  

Format

14x19 cm, broché

Editeur

Anne d’Hercourt 2012

Collection

 

Edition originale

Goldmann 2008

Genre

Epopée médiévale

Illustrateur

 

Traducteur

A. Le Boulluec & A. Carré

   

Pages

486

 

 

Synopsis : fin des Croisades, un Chevalier de Lorraine gravement malade accepte d'escorter l'envoyé d'un cardinal romain pour récupérer en Terre Sainte un fragment de parchemin pouvant les mener à une ancienne relique, le Bâton de St-Antoine. Mais le Sultan a également des visées sur cet objet et une course poursuite s'engage entre les Chrétiens et des mercenaires Mamelouks, arbitrée par une étrange princesse arabe capable de résister aux flammes. Leur périple les mènera de Rome à Jérusalem, puis à Constantinople, avant de s'enfoncer vers l'Arménie puis la Mésopotamie, en quête d'un artefact puissant capable de faire s'effondrer des empires...

 

Partager cet article

Commenter cet article