Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[nouvelles]la Maison Usher ne chutera pas

15 Mars 2012 , Rédigé par Vance Publié dans #la Voie des livres

3,6/5 

 

Ce professeur de Lettres classiques semble faire de la SF pour s’amuser ; en tous cas, dans ces nouvelles, il est évident qu’il prend un plaisir non dissimulé à jouer avec les mots et à étaler avec brio sa grande culture par le biais d’expressions imagées et populaires, de références culturelles et de citations savantes. Ses personnages principaux, narrateurs acerbes et volubiles, apparaissent bien souvent comme des extensions de lui-même et les dialogues sont empreints d’un humour bon enfant et éclairé, malgré la longueur de nombreuses tournures et la richesse d’un vocabulaire encyclopédique, autant de fioritures chargées sur une structure narrative finalement très simple. Pour ainsi dire, la première nouvelle (Elucidation du Gouzipanpan), charmante, est presque comique. 

 la-Maison-Usher-01.jpg

Si on adhère à ce style malicieux et un peu bavard, bourré d’aphorismes et d’allitérations, on se prend à suivre avec intérêt les mésaventures des deux déménageurs dans la seconde nouvelle, avec cette association mystérieuse d’intellectuels rappelant, en plus léger, ceux qui président à la naissance du Rosemary’s Baby.

 

Le dernier récit, qui donne son titre au recueil, est encore davantage chargé de références et d’hommages (Poe, bien sûr, mais aussi Corneille – le narrateur se nomme Rodrigue et sa fiancée Ximena - ou encore Borges, les fractales, l’ésotérisme).

 

Les trois textes ont en commun non seulement de trouver comme point d’ancrage géographique les quartiers bourgeois de Thionville, les vieilles rues de Metz et l’inquiétante présence de la centrale nucléaire de Cattenom, mais aussi et comme en parallèle cosmique, certaines constellations comme Cassiopée ou la chevelure de Bérénice, la nébuleuse d’Andromède et l’étoile Aldébaran.

 

On est moins ici dans la SF pure et dure que dans une sorte de fantastique quotidien, entre Andrevon et Daniel Walther, mais sans aucun caractère inquiétant, sans rechercher les coups de théâtre et révélations finales (les explications, lorsqu’elles sont fournies, sont brumeuses et insatisfaisantes). A la frontière entre le merveilleux (les dragons), la dark fantasy et l’anticipation, avec des préoccupations très actuelles (le nucléaire, bien entendu, mais aussi l’écologie, l’éducation et certaines valeurs galvaudées comme la bienséance) et un goût immodéré pour les mots, Pierre Stolze n’hésite pas à dénicher des synonymes improbables pour en constituer des litanies parfois indigestes, mais proférées avec ô combien de générosité !

 

Sous le signe de la bonne humeur et des bons mots. 

 


 

 la Maison Usher ne chutera pas


Auteur

Pierre STOLZE

Nature

Recueil de trois novellas

Format

Poche

Editeur

Denoël 1999

Collection

Présence du futur, n°603

Edition originale

 

Genre

SF

Traducteur

 

Pages

240

 

Résumé : 3 nouvelles assez longues de cet auteur né à Metz qui ne se prive pas de situer ses récits dans notre belle région Lorraine et, plus précisément, dans un secteur compris entre Metz et Thionville.

 

Partager cet article

Commenter cet article