Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[nouvelles] Dangereuse Callisto : précoce Asimov et SF humaniste

19 Février 2012 , Rédigé par Vance Publié dans #la Voie des livres

Dangereuse-Callisto-00.jpg

 

3,5/5 

 

Avec la collection Folio SF, nous avons l’occasion de redécouvrir le « Bon Docteur », Isaac Asimov, récemment décédé, l’écrivain tous genres confondus ayant récolté le plus de récompenses pour ses écrits de vulgarisation et ses œuvres de fiction. Cet émigré russe est entré dans la SF comme on entre en religion : par envie et par nécessité, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Grâce à des œuvres majeures comme Fondation ou ses récits sur les robots (récemment adaptés au cinéma avec Will Smith), Asimov est désormais mondialement reconnu comme un auteur majeur de la SF , représentatif de ce qu’on a appelé avec un brin de nostalgie l’Age d’or du genre.

 

Ce que vous appelez « un droit » n’est rien d’autre qu’un privilège que l’on veut bien vous accorder. Ce que la société approuve est justifié ; ce qu’elle repousse est injustifiable.

 

Dangereuse-Callisto-02.jpgLe recueil Dangereuse Callisto rassemble pour les lecteurs francophones les nouvelles parues aux USA sous le nom Early Asimov : les écrits de sa jeunesse, présentés et commentés par le maître lui-même, avec cet humour et cette autosatisfaction qui sont sa marque de fabrique. Une légère différence toutefois : la nouvelle Half Breed n’y est pas, remplacée par Homo Sol.   

 

Outre un intérêt relatif pour les amateurs de SF (ce sont des récits souvent naïfs avec des fins parfois maladroites), on peut y observer les traces de ce qui fera plus tard le style inimitable du maître : sa propension à passer par les dialogues pour faire avancer l’intrigue, ses explications scientifiques toujours réalistes et argumentées, un humanisme un peu candide et de l’humour bon enfant. En outre, le Frère Précheur… fournit quelques éléments qui resserviront pour Fondation ; de même, d’autres récits préfigurent les nouvelles sur les Robots.   

 

Les Humains ne sont fidèles que dans la trahison. Trahissez et vous serez récompensé.

 

Enfin, les commentaires sont irrésistibles et précieux. On plonge grâce à eux dans cette époque agitée où la SF prenait son essor au travers de magazines bon marché et avides de nouvelles plumes, on rencontre de futurs mastodontes de cette littérature (Fred Pohl, J.W. Campbell, Ted Sturgeon, L. Sprague de Camp), on constate à quel point Asimov aimait s’inspirer d’événements historiques et on sourit aux anecdotes racontées avec délicatesse et ironie.

  

Bref, malgré des coquilles gênantes (dans la même page, on parle de « Callisto » puis de « Callipso » !), c’est un régal pour les amateurs, une bouffée d’air frais, autant naïve que touchante. Et les premiers pas d’un grand maître, père du space-opera intelligent et des TroisLois de la Robotique.  

 


 

 Dangereuse-Callisto-01.jpg

Un recueil de nouvelles de SF d’Isaac Asimov (1972), collection Folio SF n°217, éditions Denoël 1974.


Traduction : Monique Lebailly


Présentation de l’éditeur : Huit nouvelles qui en leur temps jetèrent les bases d’une science-fiction moderne et humaniste, révélant au public le talent précoce de celui qui allait devenir le père de Fondation et des Robots

 

Incipit :


Si j’ai écrit plus de cent vingt ouvrages traitant des sujets les plus variés, de l’astronomie à Shakespeare et des mathématiques à la satire, c’est néanmoins en tant qu’auteur d’œuvres de science-fiction que je suis le plus connu.

 

Partager cet article

Commenter cet article

Clovis Simard 26/06/2012 03:10


blog(fermaton.over-blog.com), L'aube de fondation d'Isaac Asimov réalisée.