Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[comics] Witch Doctor 1 : Coup de scalpel

20 Janvier 2013 , Rédigé par Vance Publié dans #le Sentier des Comics, #Esotérisme, #Fantasy

Witch-Doctor-00.jpg

Imaginez le Dr House plongé dans des aventures lovecraftiennes avec un traitement à la Van Helsing (le film).

Que celui qui n’a jamais cogné un patient jette la première pierre.

C'est le pitch improbable de cette série, lancée d'abord à compte d'auteur puis officialisée chez Image et distribuée en France par Delcourt. Les deux créateurs ont commencé de leur propre aveu comme un gag avant de se lancer véritablement, une fois que l’idée de départ avait pris forme. On peut d’ailleurs comparer dans cet album les crayonnés et les esquisses pour les premières versions des personnages centraux avec ce qu’ils deviendront par la suite.

Witch-Doctor-03.jpg

Qu'y a-t-il de pire qu'un bébé dans une poubelle ? Deux bébés dans une poubelle ? Non, un bébé dans deux poubelles.

Ca part lentement, c'est drôle, gore et grotesque mais sans grande intensité. J’avoue avoir souri dans les 20 premières pages tout en me disant que ça ne volait pas bien haut. Et puis on s'y fait, d'autant qu'il y a un véritable destin funeste (Grands Anciens inside, nommés ici « Archéons ») et plein de secrets qui constituent le cœur des intrigues : on découvre que chaque créature surnaturelle de nos mythologies est une émanation de ces Archéons qui n’en ont pas grand-chose à faire de la Terre, mais se nourrissent de l’énergie cultuelle des Terriens. Vampires, loups garous, spectres, démons, mais aussi Profonds, goules et autres fées trouvent une explication pseudo-scientifique, énoncée sur ce ton docte et caustique particulier. Et comment résister à ce personnage bombardé sauveur de l'Humanité mais au caractère impossible, vicelard, égoïste, sûr de lui mais pas intrépide pour un sou... Au rayon des « seconds rôles », on est gâté avec les deux assistants, l’un jouant les porte-flingues de service, costaud, bourru mais loin d’être bête, l’autre – Penny l’Affreuse - recelant un lourd secret, assez proche par son look, ses pouvoirs et ses attitudes de la Fille des Boys de Garth Ennis

C'est donc ça, votre job : la médecine préventive contre l'Apocalypse.

Les dessins sont fouillés, Seifert insistant comme il se doit sur les expressions faciales et les postures. C’est beaucoup moins évident dans les scènes d’action, très brouillonne et old-school.

Witch-Doctor-02.jpg

Mais je ne suis pas Frankenstein ! Pourquoi tout le monde me prend pour Frankenstein ?

Bourré de références à la littérature fantastique, avec un traitement néo-gothique rafraîchissant, un album cruellement fun. 4 chapitres et un interlude en forme d’épilogue qui nous préparent à l’Apocalypse dans un album prochain. L’extrait suivant de l’une des deux postfaces (lautre étant signée rien moins que de Kirkman) est symptomatique du traitement voulu au départ de l’œuvre :

En horreur, c'est le méchant qui définit le sujet. Et les meilleurs méchants sont des maladies.

A suivre.

 

Ma note (sur 5) :

3,3

 

 


 

 

 Witch-Doctor-01.jpg

Titre original

Witch Doctor : Under the knife 

Format

Album

Fréquence de parution

One-shot

Editeur

Delcourt ; Image Comics 2011

Date de parution

octobre 2012

Collection

Avengers #6 

Série(s) & épisodes

Witch Doctor

Scénariste(s)

Lukas Ketner

Dessinateur(s)

Brandon Seifert

Traduction

Jérôme Wicky

Pages

127

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article