Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[comics] the Boys tome 12 : Croire

24 Mars 2013 , Rédigé par Vance Publié dans #le Sentier des Comics, #Super-héros, #the Boys, #Garth Ennis

the Boys 9.00


Croire n’a rien à voir avec la Foi. La Foi devrait être un réconfort, pas une béquille.

 

On reprend les « P’tits Gars » là où on les avait laissés, sur le point d’en venir aux mains avec les Sept tandis que le Protecteur révèle son véritable visage.


Ca fait déjà quelques numéros qu’on peut reprocher à Ennis de tirer un peu sur la corde en exploitant au maximum les données de l’univers déjanté qu’il a créé. On a vraiment à présent l’impression qu’on peut faire une croix sur la densité des premiers albums. Pourtant, après une sérieuse baisse dans la tension des derniers opus (le temps de visiter un peu les origines de chacun des membres), l’objectif est revu à la hausse. Rien que l’idée de ce festival religieux plein de bonnes intentions (mais on sait désormais ce que peuvent cacher les « bonnes intentions » des Supers) rebooste l’intérêt de la franchise, d’autant que, tout en renforçant encore le passif lié aux opérations de Vought American, elle approfondit davantage les relations particulières entre le public et les encapés. Mieux : la personnalité de certains des membres se dote d’une épaisseur inespérée, tandis que celle de nos gars continue de s’enrichir, en explorant des facettes inattendues (la Crème continue d’être une énigme indéchiffrable, Butcher n’est jamais allé aussi loin dans le cynisme et la relation amoureuse entre Stella et Hughie, en prenant une nouvelle tournure dramatique, leur offre quelques moments vraiment intenses).

12.02.jpg

Se construit progressivement une partie de poker menteur à trois, dans laquelle il sera difficile de déterminer qui détient le plus d’informations susceptibles de faire pencher la balance. Toujours est-il qu’après les succès expéditifs des Boys contre leurs premières équipes de « super-slips », la confrontation attendue contre les Sept sera une autre paire de manches. Un tournant bienvenu dans la saga qui s’affranchit désormais de l’excès de violence graphique, d’hémoglobine, de stupre et de luxure des premiers volumes pour afficher un ton plus aigre, mûr, sombre dans lequel se tapit le secret de tragédies terribles.


Russ Braun n’est pas Darick Robertson, on doit se contenter encore une fois d’un second couteau. Pourtant, c’est bien mieux qu’un John McCrea : le dessinateur de Jack of Fables propose un découpage ultra-classique dans ses planches et un graphisme à l’avenant, très naturel et respectueux des visages. On s’y fait très bien.


A lire aussi, la critique de Neault chez Univers Marvel & autres comics.

 

Ma note (sur 5) :

3,5

 


 

 

 the-Boys-12.01.jpg

Titre original

The Boys : Believe 

Format

Cartonné, 16x30 cm

Fréquence de parution

Irrégulier

Editeur

Panini comics ; Dynamite Entertainment (2010)

Date de parution

Novembre 2011

Collection

Dynamite 

Série(s) & épisodes

44 à 47

Scénariste(s)

Garth Ennis

Dessinateur(s)

Russ Braun

Traduction

Alex Nikolavitch

Pages

92

 

 

Synopsis : Un festival religieux est organisé par les Supers, tandis que Stella décide de confier sa vraie nature au P’Tit Hughie et que le Protecteur s’apprête à mettre en place son terrible plan pour s’affranchir de Vought American...

 

Partager cet article

Commenter cet article

Cachou 06/04/2013 07:28


Je ne sais toujours pas si je vais commencer cette série que tu m'avais donné envie de lire. Ce que tu dis ici ne m'y encourage plus trop. Mais j'attends quand même une éventuelle intégrale. Et,
surtout, la fin.

Vance 12/04/2013 20:51



C'est vrai que ça partait tellement fort qu'on ne peut qu'être un peu frustré par la suite, surtout quand on change de dessinateur. Essaie juste le premier, peut-être ?