Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[comics] Nightfall 1, la Nuit : entre rêve et utopie

21 Avril 2013 , Rédigé par Vance Publié dans #le Sentier des Comics, #Fantasy

Nightfall-1.00.jpg

Fred Forham est le maître d’œuvre de ce projet sur trois volumes. L’auteur/illustrateur prend le pari de nous décrire deux mondes adjacents en les exposant par petites touches, tout au long du périple de Donnie (on les découvre à travers ses yeux), refusant du même coup de céder à la facilité d’une grosse page explicative et définitive. Tout d’abord, le Londres qu’on nous présente s’avère être une version alternative et dystopique, dans une époque indéterminée. Mais on abandonne très vite cette réalité (bien qu’on y revienne régulièrement, pour suivre l’évolution de Donnie, hospitalisé mais plongé dans un coma profond) pour Asante, creuset de tous les contes, point nodal des imaginations et des cultes. Sur Asante, on peut potentiellement trouver tout ce qui a nourri les mythes humains depuis des générations : des Archanges aux démons, des loups garous aux gnomes ; l’enfer y existe, et entre deux créatures grotesques échappées d’un tableau de Jérôme Bosch, on pourra croiser des chevaux ailés comme des monstres cthuloïdes. Tous ces êtres différents vivent dans une harmonie relative, animés d’une même crainte envers les Rêveurs dont ils cherchent à tout prix à se débarrasser. Habituellement, ces Rêveurs ne demeurent sur Asante que le temps de leur cauchemar, mais pour Donnie et la mystérieuse Lily, c’est différent – tandis qu’à Londres, la population s’émeut de cette épidémie d’enfants qui ne se réveillent plus…

Nightfall-1.02.jpg

Le potentiel de cette mini-série est énorme, le traitement est sympathique avec quelques petites touches d’humour très anglais qui viennent à point afin de dédramatiser le récit (on nage dans un double environnement politiquement très sombre, les révoltes grondent dans les deux univers). Cependant, la lecture en est ardue, non seulement parce que l’auteur ne distribue les renseignements qu’avec beaucoup de parcimonie (par l’intermédiaire du truculent Dave, sorte de maître Yoda servant de guide énigmatique à Donnie), mais aussi et surtout du fait des dessins. S’ils rendent plutôt bien l’ambiance tantôt féérique, tantôt glaciale des mondes dépeints, ils peinent à transcrire les scènes d’action, assez nombreuses. Fordham est qualifié d’artiste-peintre et l’on sent qu’il ne parvient pas toujours à maîtriser l’intelligibilité du découpage ou du cadrage de ses planches (il sera souvent nécessaire de revenir en arrière pour comprendre l’enchaînement des séquences). Ce n’est pas un défaut rédhibitoire mais c’est gênant pour un lecteur habitué aux comics.

 

A suivre donc.

Retrouvez une critique plus détaillée sur Univers Marvel & autres comics .

 

Ma note (sur 5) :

3,5


 

 Nightfall-1.01.jpg

Titre original

Nightfall 

Format

Cartonné, 17x26 cm

Fréquence de parution

Irrégulier

Editeur

Delcourt 

Date de parution

Mars 2013

Collection

Comics Fabric 

Série(s) & épisodes

Nightfall #1

Scénariste(s)

Fred Fordham

Dessinateur(s)

Fred Fordham

Traduction

KG Ben

Pages

95

 

Synopsis : dans un Londres contemporain, Donnie est un jeune garçon souffrant de son statut d’immigré ; il choisit d’évacuer ses frustrations en acceptant de suivre son grand-frère dans une opération terroriste, mais au dernier moment, il aperçoit une jeune fille sur les lieux de l’attentat. En cherchant à la prévenir de l’imminence de l’explosion, il est pris dans la déflagration… et se réveille ailleurs, en un lieu inconnu où aboutissent d’ordinaire les rêveurs. Le problème est qu’il est incapable de se réveiller, ce qui le bloque dans ce monde étrange où semblent converger tous les mythes de l’humanité…

 

Partager cet article

Commenter cet article