Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[comics] Midnight Nation #1 : quête crépusculaire

26 Février 2013 , Rédigé par Vance Publié dans #le Sentier des Comics, #Fantasy

Midnight-Nation-1.00.jpg


On n'a jamais assez de temps pour vivre, et toujours bien assez pour mourir.

J'ai fini récemment le 1er volume de cette série écrite par J. Michael Straczynski et dessinée par Gary Frank, deux de mes artistes préférés dans le monde du comic-book.

Straczynski, le créateur de la série Babylon 5, a fait généralement des incursions remarquées dans le VIIe Art ; ses variations sur Spider-Man mais surtout sa reprise de Supreme Power sont de véritables réussites, bien qu'iconoclastes et provocatrices - mais elles montrent un sens aigu du récit où s'entremêlent des prises de conscience douloureuses et des questionnements sur la nature du surhomme. Moins politisées que celles de Warren Ellis, ses histoires sont invariablement denses et refusent le côté épisodique de nombreux comics.

Avec Midnight Nation, et encore une fois associé au remarquable Gary Frank, il se penche sur la question du destin, de la Foi et du Salut. Le titre aurait pu faire penser à un énième truc vampirique, mais il s'agit plutôt d'une quête, celle d'un policier hargneux et vindicatif à qui on a ôté son âme et qui doit s'efforcer de la retrouver sous peine de passer son éternité à la lisière entre les mondes, là où finissent les oubliés de la vie, devenus par la force des choses des fantômes du quotidien, des spectres inconsolables et invisibles, sauf pour les Marcheurs, ces créatures avides d'âmes et semeuses de désespoir qu'il faut fuir à tout prix. Dans sa quête entre la vie et la mort, l'Etre et le Néant, il lui faudra traverser les USA à pied pour retrouver son âme dérobée, et dans un temps limité, avec l'aide parcimonieuse d'autres pauvres hères effacés du monde. Des rares adjuvants qu’il rencontrera, c’est sans doute la jolie et énigmatique Laurel qui lui sera la plus utile, même si elle se refuse à lui dévoiler les raisons de son choix.

Midnight-Nation-1.02.jpg

Alors je me dis que je suis un fantôme précipité en enfer. Et je marche, parce que même l'enfer doit s'arrêter quelque part.

Sombre, violent, crépusculaire, ce premier volet reste volontairement nébuleux tant les secrets sont nombreux et la progression lente. Mais on a envie d'aller plus loin. Les 4 premiers chapitres sont complétés par un tie-in assez intéressant, illustratif du potentiel du background, mais on y perd les fantastiques crayonnés de Gary Frank.

Ma note (sur 5) :

4


 Midnight-Nation-1.01.jpg

Titre original

Midnight Nation 

Format

Album broché

Fréquence de parution

Irrégulier

Editeur

Semic ; Top Cow (2002) 

Date de parution

Février 2003 

Collection

Semic Books 

Série(s) & épisodes

Midnight Nation #1 à 4 ; Midnight Nation : Precious Things

Scénariste(s)

J. Michael Straczynski

Dessinateur(s)

Gary Frank & Michael Zulli

Traduction

Alex Nikolavitch

Pages

104

 

Synopsis : Une arrestation qui tourne mal, et David Grey, inspecteur de police à Los Angeles, se retrouve piégé dans une autre dimension. Ni vivant, ni mort, il doit récupérer son âme pour accomplir son destin. En cela il est aidé de Laurel, énigmatique guide qui l'accompagnera pendant la longue marche de 5000 kms qui les séparent de New-York, où son âme lui sera rendue... s'il parvient à destination dans l'année. Ce périple se complique rapidement, avec l'apparition des Marcheurs, groupe sanguinaire qui va tenter par tous les moyens d'empêcher David et Laurel d'accomplir leur voyage. En cas d'échec, David deviendra l'un des Marcheurs. 

Partager cet article

Commenter cet article