Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[comics] Just a Pilgrim : amer et désenchanté

27 Décembre 2011 , Rédigé par Vance Publié dans #le Sentier des Comics

 Just-a-pilgrim-00-copie-2.jpg

3,5/5 

 

Difficile pour moi de résister à l’appel de Garth Ennis tant ses récits percutants, même mineurs, sont de qualité. Just a Pilgrim, s’il n’a pas l’irrévérence d’un the Boys, ou la fougue sanglante d’un Crossed, et surtout s’il manque d’originalité, offre malgré tout un agréable moment de lecture intense avec son lot de violences post-apocalyptiques.

 Just-a-pilgrim-01-copie-1.jpg

Avec son pitch qui sembla annoncer le Livre d’Eli, et son personnage central (le « Pèlerin ») au charisme dingue mais au passé inénarrable, cette histoire racontée du point de vue d’un témoin (un enfant appartenant à un groupe de colons tentant de trouver des terres un peu plus propices tout en essayant d’échapper aux troupes de l’ignoble Castenado) est maîtrisée de bout en bout, avec son lot de combats désespérés, d’actes héroïques et de sentences désabusées. L’atmosphère sombre d’une Terre ravagée par « la Brûlure » qui a asséché les océans et mis au jour les créatures des abysses est plutôt bien mise en valeur par Carlos Ezquerra, au style classique rappelant les récits de guerre des comics du Silver Age.

 

Aussi cynique et cruel que l’excellent la Vallée des larmes de la série Ghost Rider, mais moins graphique et puissant, moins ambitieux dans sa construction, un récit d’anticipation amer et désenchanté plutôt réussi. Le trouver neuf à 1,50€ en grande surface fait partie de ces petits bonheurs inratables…

 

 


 

 

Une mini-série de Garth Ennis dessinée par Carlos Ezquerra (Black Bull 2001), éditée par Semic dans la collection « Semic Books» (2001).

 

 

Traduction : Alex Nikolavitch

  

Partager cet article

Commenter cet article