Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[comics] A god somewhere : trop humain pour être un dieu

28 Décembre 2011 , Rédigé par Vance Publié dans #le Sentier des Comics

A-god-somewhere-00.jpg

 

4/5 

 

Quoi que l’on soit, quoi que l’on fasse, quoi qu’il arrive, on n’est qu’un personnage de plus dans l’histoire d’un autre.

 

Ca n’est pas du Warren Ellis. Pourtant, à lire le pitch, on croirait à une suite de la trilogie consacrée par l’auteur au statut même de super-héros, ce demi-dieu dont l’humanité se remet en question selon qu’il accepte ses pouvoirs ou pas. Avec un questionnement plus proche de Supergod que de No hero, Arcudi nous invite à une réflexion dont il a expurgé la plupart des préoccupations éthiques et politiques chères à Ellis : ici, c’est le facteur humain qui est prépondérant, et il insiste là-dessus dès les premiers mots, en choisissant de raconter l’avènement de ce héros hors du commun par le biais de son meilleur ami.

 

Ce pourrait être un récit de grandeur et décadence, sans autre morale que celle de la légende d’Icare, mais c’est autre chose. Et c’est davantage. Eric devient d’abord un super-héros, et son penchant pour les causes chrétiennes le pousse à sauver son prochain. Mais il est de plus en plus gêné pour en parler avec son frère et surtout avec son ami qui, s’il ne le comprend pas, profite d’abord de la notoriété d’Eric. Car les pouvoirs incommensurables de ce dernier ne font pas seulement de lui un héros, mais le mettent à part dans l’échelle humaine : ses pensées, ses envies, ses pulsions répondent à des stimuli incompréhensibles. Vaguement amusé par les mouvements populaires en sa faveur, il l’est nettement moins lorsque les politiques lui demandent de s’engager officiellement à leurs côtés. Et ce qui devait arriver arrivera forcément, au point que de dieu sur Terre devienne d’un seul coup, suite à un acte aussi odieux qu’inexplicable, l’ennemi numéro un de la race humaine. Un ennemi qu’aucune force terrestre ne peut abattre…

 A-god-somewhere-01.jpg

Refusant la dramatisation à outrance ou le spectaculaire, privilégiant des dialogues parfois poignants où l’incompréhension des proches reflète parfaitement l’état d’esprit d’un être qui ne parvient même pas à se définir, Arcudi parvient à mener sa barque avec intelligence et sensibilité. On pourra lui reprocher une fin un peu attendue, mais finalement d’une implacable logique, très marvellienne. Quant aux illustrations aux traits un peu grossiers, elles arrivent à mettre en valeur les expressions diverses sur les visages des protagonistes, l’encrage n’hésitant pas à en rajouter sur le sang (la puissance d’Eric est telle qu’il balaie une armée d’un revers de main).

 

Une excellente variation sur le thème.

 


 

Un album de John Arcudi & Peter Snejbjerg(Wildstorm 2010), édité par Panini comics dans la collection « 100% Wildstorm » (2011).

 

 

Traduction : Françoise Effosse-Roche

 

Synopsis : Eric et Hugh sont frères et s’adorent, même si la ferveur chrétienne du premier se heurte parfois au pragmatisme du second. Hugh a réussi dans la vie, il a une femme merveilleuse que lui envie Sam, le meilleur ami d’Eric. Un soir, une explosion sème la panique dans le quartier où réside ce dernier : il est le seul survivant et a acquis des pouvoirs dépassant l’entendement. Choisissant d’abord de les mettre au service des hommes, il finit par se mettre à l’écart, avant de commettre l’irréparable…

 

Partager cet article

Commenter cet article

Cachou 29/12/2011 00:20


Ben rien qu'à lire le titre, je m'étais dis "Ellis" (oui, très utile comme remarque).


Intriguant. A feuilleter en librairie avant pour voir, mais a priori, je suis cliente...

Vance 30/12/2011 10:59



Les critiques pro sont unanimes, mon libraire l'était aussi et il est loin d'avoir la langue de bois (il m'a évité bon nombre de désillusion en me déconseillant des albums que je m'apprêtais à
payer). C'est vraiment bon, mais il m'a manqué un petit élément qui m'aurait enchanté.