Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[roman] la Tour sombre 01 : le Pistolero

20 Juillet 2014 , Rédigé par Vance Publié dans #la Voie des livres, #SF, #Stephen King

Pour satisfaire un challenge que je me suis auto-infligé, je me plongeai donc à la poursuite du Pistolero, lui-même aux trousses de l’Homme en noir, dans une quête mystique implacable aux relents oedipiens. Honneur, amour, haine et violence au sein de mondes qui s’entrechoquent sur le tempo des cycles arthuriens : le jeune King en geek avant l’heure nous noie sous une pluie de références allant de Tolkien à Sergio Leone en passant par Lovecraft, la mythologie antique ou les grandes sagas eschatologiques et se délecte de scènes hors du temps au symbolisme lourd et aux allusions obscures où l’on sent que, parfois, il se regarde écrire. Le rythme est chaotique, les ellipses fuligineuses et intensément frustrantes.

On débute par une course-poursuite immobile dans une « apothéose de désert »Le Pistolero est avant tout un western : un justicier poursuit un homme malfaisant dont on ne sait rien, dans un paysage à la végétation rare et aux habitants encore plus rares. Et puis, subrepticement, au hasard des quelques dialogues, des fenêtres s’ouvrent, des réalités se dissolvent ou s’entremêlent. Il y a des démons, mais aussi des mutants ; des sorciers et des chevaliers.
 
J’ai adoré.
 

Malgré les (ou sans doute à cause des) imperfections, ruptures de ton parfois abruptes, descriptions complaisantes, en dépit d’un (ou grâce au ?) mélange des genres osé, nonobstant une gestion de l’action peu évidente, King réussit son pari : nous ouvrir les portes d’un univers riche d’opportunités créatrices, bâti sur les ruines de mondes familiers et mitoyens et dont la dynamique repose sur un subtil équilibre entre forces opposées, et nous y abandonner, jouissant de notre propre jouissance à l’idée de se frotter à chaque épreuve initiatique, à chaque passage transitoire, à chaque gardien mythique.
 

Cet article est un résumé agrémenté de citations de la chronique complète publiée sur Univers Multiples, Axiomes & Calembredaines.

 

Titre original

The Dark Tower : the Gunslinger

Auteurs

Stephen King

Format

Poche

Editeur

J’Ai Lu 2007

Collection

 

Edition originale

Stephen King 1982

Traducteur

Marie de Prémonville

   

Pages

255

 

Synopsis : « L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait... ».
Dernier aventurier d'une époque qui ressemble à la nôtre, Roland le Pistolero est poussé par une force inconnue. Au-delà de cette chasse à l'homme, ce qu'il cherche, c'est la Tour.
À la croisée des temps, lieu de rencontre de notre univers et d'autres mondes...Voilà vingt ans que dure cette poursuite. Pour Roland, l'enjeu est maintenant de rattraper l'homme en noir. Lui seul — il l'a vu en rêve — peut l'éclairer sur son avenir. Le sorcier doit tirer trois cartes qui vont lui ouvrir trois portes. Vers l'enfer ou le paradis ? Nul ne le sait encore. En attendant, tous deux marchent. Hallucinés. Ne pouvant se soustraire l'un à l'autre.
Sous l'œil vigilant du gardien de la Tour...

[roman] la Tour sombre 01 : le Pistolero

J’entends le galop des jours mauvais.

Cort, instructeur de Roland dans "la Tour Sombre 1.04 : les Lents Mutants"

Est-ce qu'une fois adultes, les hommes doivent toujours jouer ? Est-ce que tout doit leur servir de prétexte pour un autre genre de jeu ? Est-ce qu'il existe des hommes qui deviennent vraiment adultes, ou bien est-ce qu'ils se contentent de devenir majeurs ?

Jake dans "la Tour Sombre 1.04 : les Lents Mutants"

- Vous croyez à une vie après la mort ? demanda le Pistolero à Brown [...].
Brown acquiesça.
- Il me semble qu'on est en plein dedans.

Dialogue entre Brown et Roland dans "la Tour Sombre 1.01 : le Pistolero"

L'amour-propre, cet os invisible qui vous tient le cou raide et la tête haute.

"la Tour Sombre 1.02 : le Relais"

Le prix de toute trahison se solde par la chair.

Pensée de Roland dans "la Tour Sombre 1.03 : l'Oracle & les Montagnes"

Partager cet article

Commenter cet article