Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[BD] Thorgal #34 : Kah-Aniel

2 Janvier 2014 , Rédigé par Vance Publié dans #le Chemin des BD, #Thorgal, #Fantasy, #Historique

La série a beau avoir perdu une partie de son attrait (l’usure des ans, le changement d’auteur), je reste fan du personnage comme de l’univers créé par Van Hamme à partir de structures proches de ce que faisait Robert Howard sur Conan : un fonds historique mais mythifié et idéalisé, vaguement transformé de manière à ce qu’on le situe difficilement dans la chronologie ; des insertions liées à la fantasy et à la SF qui réorientent des récits initiatiques ; des héros fidèles aux valeurs qui les mettent à l’écart du tout-venant, à la fois modernes et classiques – et totalement charismatiques.

Thorgal, ce Viking trop sage et trop sensé dans un monde brutal et sanguinaire, est de ces héros admirables, qui faillissent parfois mais ne renient jamais leur nature. Il a défié les dieux et ses ancêtres pour le bien de ses proches et sa propre quiétude (archer hors pair, bon combattant et tacticien, poète à ses heures, doté d’une force de caractère et d’une capacité de résistance hors du commun, ainsi que d’un charme capable de faire vibrer même les déesses, il ne cherche pourtant qu’à vivre une existence de paix loin du bruit et de la fureur des civilisations qui s’entredéchirent). Il en a été puni, et plusieurs fois, allant jusqu’à perdre son nom et le souvenir même de son aimée.

Le voilà désormais parti sur les traces de son troisième enfant, le rejeton de sa meilleure ennemie qu’il a juré d’élever comme le sien et que des membres d’une caste de sorciers venus d’Orient a enlevé dans le but de faire renaître le chef de leur ordre antique. Pendant ce temps, dans l’Outre-monde, Jolan son fils aîné se prépare à un destin exceptionnel sous la houlette de Manthor

Ici, Jolan n’apparaît pas, le récit est désormais tout entier consacré à la course-poursuite entre Thorgal et les Sorciers rouges qui détiennent son fils Aniel, en direction de Bag Dadh, la cité de tous les excès. Notre fier Viking y sera instruit des origines de la confrérie qui espère la réincarnation de leur ancien leader par Salouma, une étrange et fascinante esclave qu’il a affranchie. L’album se veut donc un intermède explicatif qui nous prépare à une suite enlevée, d’autant que certains mystères ne sont pas encore levés et que cette Salouma se révèle bien plus séduisante qu’elle ne le devrait.

Evidemment, le lecteur aguerri sait que Thorgal n’a pas toujours été fidèle à sa femme Aaricia, princesse du nord – mais il avait chaque fois de bonnes raisons (ne serait-ce que celle d’avoir perdu la mémoire de son passé). Le voir tomber sous le charme de cette esclave aux yeux de biche est assez déstabilisant, et on ne peut que réagir négativement, à l’image de Lehla, une jeune fille qu’il a sauvée naguère, qu’il a retrouvée parmi les esclaves du groupe de Salouma et qui lui voue une admiration sans borne (bien que se réservant pour Jolan). L’autre sujet de déplaisir vient dans la manière trop radicale qu’a Sente d’inscrire les aventures de Thorgal dans un contexte historique plus précis : là où, avec Van Hamme, on devinait (parfois malaisément) les peuples et lieux évoqués, on entre ici dans une dimension plus circonscrite, et, partant, plus terre à terre – ce qui a tendance à ôter un peu du merveilleux qui baignait les pages des précédents volumes. Quant aux graphismes, les dessins de Rosinski sont toujours aussi agréables, il a même retrouvé l’allant qui lui avait permis de décrocher plusieurs prix pour des albums précédents. Son style met particulièrement en valeur les expressions des personnages (leur regard notamment) et magnifie les courbes des silhouettes (il y a toujours chez lui quelques cases fleurant bon un érotisme élégant et un peu suranné) bien que sa technique picturale rende les arrière-plans mal définis et les scènes d’action un peu confuses.

Désormais recentrée sur Thorgal, et bien que ses péripéties aient parfois un goût de réchauffé, la série semble vouloir repartir sur des bases connues et saines, laissant aux séries parallèles (sur Kriss, Louve et la jeunesse de Thorgal) le soin de développer cet univers très riche de possibilités.

Ma note (sur 5) :

3,5

 

Format

cartonné, 22x29 cm

Edition originale

Le Lombard novembre 2013

Edition française

 

Collection

Thorgal n°34

Scénariste(s)

Yves Sente

Dessinateur(s)

Grzegorz Rosinski

Traduction

 

Pages

48

 

 

Synopsis : Thorgal s’est engagé à bord d’un navire marchand en partance pour les steppes de l’Orient, à la poursuite de ceux qui ont enlevé Aniel, son fils adoptif, qui serait le réceptacle de la réincarnation prochaine du grand maître de leur ordre de sorcellerie. Salouma, une esclave qu’il vient d’affranchir, s’apprête à apprendre à Thorgal tout ce qu’elle sait à propos de ces Sorciers Rouges…

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Beni nsumbu 05/08/2016 22:11

Ok