Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
l'Arpenteur de pages

[BD] Hôichi, la légende des samouraïs disparus

30 Octobre 2013 , Rédigé par Vance Publié dans #le Chemin des BD

Depuis qu’on se connaît, mon estimée camarade Cecilia et moi échangeons des livres chaque fois que nous voyons et nous efforçons à la fois de nous surprendre tout en demeurant dans des genres définis.

La fois dernière, c’est donc un album somptueux qu’elle m’a donné, l’adaptation d’un conte extrait du recueil Kwaidan de Lafcadio Hearn, un grand écrivain irlandais du XIXe siècle qui s’est passionné pour le Japon et son folklore grâce à ses liens avec l’ambassadeur du Pays du Soleil levant, au point de prendre épouse sur l’archipel et de s’y installer en adoptant le nom de sa belle-famille.

Hiroshi Funaki s’est donc profondément inspiré d’un de ces contes mêlant récits de fantômes et légendes épiques pour en tirer cette histoire dont on perçoit aisément, au long des sublimes illustrations en plein page, le son du luth qui les berce. Le rythme adopté est celui de ces fables racontées au coin du feu, à voix basse, destinées tant à former l’esprit de l’auditoire qu’à l’effrayer ou l’émouvoir. Il s’agit à la base d’un conte oral qui serait tombé en désuétude si Hearn, en 1904, ne l’avait pas remis au goût du jour, d’autant qu’il s’appuie sur le Heike Monogatari, l’épopée du clan Heike qui occupe une part majeure de la culture traditionnelle nippone en véhiculant des valeurs liées au bouddhisme (le destin et l’essence éphémère des choses) au travers d’une lutte ancestrale entre deux factions cherchant à s’emparer du pouvoir.

L’ambiance graphique est particulièrement réussie. Les amateurs de Miyazaki retrouveront dans ces feux follets et l’architecture des temples des images rappelant Princesse Mononoké ou le Voyage de Chihiro. J’ai été particulièrement impressionné par certains choix d’angles (les plongées sous la pluie) et par l’harmonie des couleurs : Saitô marie à merveille le savoir-faire de ses aînés et les techniques modernes. La narration sait utiliser les pages comme autant d’étapes pour parvenir de manière fluide à la résolution du récit, qui procède par petites touches parfois fantastiques (les spectres et autres esprits errants) ou cruelles, à la manière de nos contes de fées. Comme l’ensemble est un peu court, les éditeurs ont eu le bon goût d’ajouter une présentation des artistes et un glossaire.

Très beau. Merci Cecilia.

Ma note (sur 5) :

4

 

Format

album, 26x28 cm

Edition originale

Shogakugan Inc. 2006

Edition française

Nobi nobi ! 2012

Collection

Soleil flottant

Scénariste(s)

Hiroshi Funaki d’après le conte de Lafcadio Hearn

Dessinateur(s)

Yoshimi Saitô

Traduction

Anne Mallevay

Pages

37

 

Synopsis : Hôichi est un musicien aveugle qui excelle dans l’art de jouer du biwa et chanter merveilleusement bien la bataille de Dan-no-ura qui opposa jadis deux clans de samouraïs. Un jour, un samouraï vient le chercher et lui ordonne de faire une représentation pour son maître. Oichi s’exécute, sans se douter de la nature de son auditoire et du danger qu’il court…

 

 

Partager cet article

Commenter cet article